icon-lexique phone icon-sorties icon-absenteisme icon-clients icon-commentMandater icon-commentMandater2 icon-commentMandater3 icon-commentMandater4 icon-commentMandater5 icon-consequences icon-contact icon-cvm icon-cvm2 icon-engagements icon-expertise icon-expertise2 icon-info icon-intervention icon-intervention-header icon-legislation icon-mentions icon-presse icon-probleme-connexion icon-salaire icon-salaire2 icon-salaire3 icon-statistiques icon-sthetoscope icon-tarifs icon-temoignages mediverif mediverif-white icon-mediverif

Comment lutter contre l'absentéisme au travail ?

De nombreux employeurs ne savent pas comment lutter et mettre un frein aux arrêts maladies abusifs de leurs salariés. L’article L.1226-1 du code du travail est souvent méconnu. Or, il permet à l’employeur qui verse des indemnités à un salarié dont l’absence est jugée suspecte, de procéder à une contre-visite médicale. Ceci, pour vérifier que son état de santé l’empêche réellement de reprendre son poste. La contre visite-médicale est une méthode légale et efficace de dissuasion pour lutter contre l’absentéisme abusif.

Il s’agit d’un droit pour l’employeur, qui préserve par ailleurs le secret médical, puisque l’on ne peut connaître la pathologie en cause du salarié en arrêt de travail.

Il suffit de mandater une société spécialisée dans le contrôle médical comme Mediverif. A la demande de l’employeur, nous envoyons un médecin contrôleur agréé au domicile du salarié concerné, pendant ses heures de présence obligatoire, pour effectuer une nouvelle auscultation. Celle-ci permet de confirmer ou non, que le salarié est en incapacité de reprendre son travail pour des raisons médicales et d’estimer la durée de l’arrêt maladie.

Si un abus est constaté, le rapport du médecin contrôleur doit envoyé dans les 48 h à la CPAM. Mediverif se charge désormais de transmettre les rapports des médecins contrôleurs aux caisses primaires d’assurance maladie.

Depuis la loi de finance de la sécurité sociale de 2010, l’Assurance maladie peut par ailleurs suspendre les IJSS (indemnités journalières de sécurité sociale) sur la base des conclusions de ces rapports.

De son côté, l’employeur peut décider de supprimer le versement du complément de salaire, comme une sanction financière en cas d’absence jugée abusive :

  • si l’arrêt est médicalement non justifié
  • si le salarié est absent de son domicile durant les heures de présence obligatoire
  • s’il refuse la contre-visite

Retour aux questions