icon-lexique phone icon-sorties icon-absenteisme icon-clients icon-commentMandater icon-commentMandater2 icon-commentMandater3 icon-commentMandater4 icon-commentMandater5 icon-consequences icon-contact icon-cvm icon-cvm2 icon-engagements icon-expertise icon-expertise2 icon-info icon-intervention icon-intervention-header icon-legislation icon-mentions icon-presse icon-probleme-connexion icon-salaire icon-salaire2 icon-salaire3 icon-statistiques icon-sthetoscope icon-tarifs icon-temoignages mediverif mediverif-white icon-mediverif

Quel est le déroulement d'une contre-visite ?

Le déroulement d’une contre-visite est défini par le code de santé publique. Plusieurs articles de celui-ci définissent la mission du médecin contrôleur, comme l’obligation de se présenter comme médecin contrôleur privé agissant à la demande de l’employeur. Le contrôle d’arrêt maladie a lieu généralement au domicile du salarié en arrêt maladie. Le médecin contrôleur doit se présenter en dehors des heures de sorties autorisées par le médecin traitant.

En pratique, le médecin contrôleur qui se présente au domicile du salarié malade, effectue une auscultation afin de vérifier si son état de santé l’empêche toujours de reprendre son travail. Ses conclusions après contrôle médical vous sont transmises sous la forme d’un rapport officiel et sont purement administratives. Le secret médical vous empêche d’avoir accès à la pathologie en cause. Un contrôle médical ne transige en aucun cas avec le code de déontologie des médecins : la confidentialité et l’objectivité sont les garants d’une contre-visite légale.

Le médecin contrôleur se rend au domicile du salarié dès votre demande reçue et ce, en dehors des heures de sortie autorisées. Une fois au domicile, la contre-visite médicale n’est autre qu’un examen visant à statuer sur l’état de santé du salarié : malade, absent, remis, refus du contrôle… Un bilan de la prestation est envoyé à l’employeur qui peut, selon les conclusions du médecin contrôleur, décider de suspendre le versement de l’indemnité si l’arrêt de travail n’est plus justifié.

Retour aux questions