icon-lexique phone icon-sorties icon-absenteisme icon-clients icon-commentMandater icon-commentMandater2 icon-commentMandater3 icon-commentMandater4 icon-commentMandater5 icon-consequences icon-contact icon-cvm icon-cvm2 icon-engagements icon-expertise icon-expertise2 icon-info icon-intervention icon-intervention-header icon-legislation icon-mentions icon-presse icon-probleme-connexion icon-salaire icon-salaire2 icon-salaire3 icon-statistiques icon-sthetoscope icon-tarifs icon-temoignages mediverif mediverif-white icon-mediverif

J’ai fait une contre visite, mon salarié était absent. Or il me donne un justificatif de la sécu qui l’autorisait à se rendre à une autre adresse pendant son arrêt de travail. (fréquent pendant les vacances scolaires).

Votre salarié absent fait toujours partie des effectifs de l’entreprise. Vous continuez à lui payer notamment ses compléments de salaires. Aussi est-il soumis à un devoir de loyauté et d’information à votre égard. Il est donc tout à fait imaginable que vous suspendiez les compléments de salaire dans un tel cas de figure. Toute absence à un contrôle médical employeur en dehors des heures autorisées doit être justifiée.

De nombreuses conventions collectives acceptent un délai de 2 jours pour qu’un salarié en arrêt maladie informe l’employeur de son absence à domicile et surtout la justifie. L’omission, dans cette situation, peut être assimilée à une faute exigeant donc une sanction. L’arrêt du versement des indemnisations est une sanction que la non-justification d’absence à domicile peut légitimer. L’employeur se doit d’agir sans précipitation car le dépassement de ce délai de 48h n’est par contre, pas suffisant pour engager des procédures à l’encontre du salarié. L’employé peut avoir été hospitalisé ou avoir eu un accident, circonstances l’ayant empêché de prévenir l’employeur de son absence à temps.

Si le salarié a été absent lors d’un contrôle d’arrêt maladie, ou s’il traîne à informer et à justifier auprès de son employeur son absence, ce dernier doit le mettre en demeure et exiger une justification dans un délai qu’il décide lui-même. Le cas échéant, sans justification d’absence et sans reprise de travail, l’employeur pourra engager une procédure disciplinaire.

Retour aux questions